MENU

ANGLETERRE-ISLANDE : Encore un Brexit ?

ANGLETERRE-ISLANDE : Encore un Brexit ?
Kane n’est pas sûr de démarrer - Icon Sport

Après une phase de poules plus poussive que prévue, l’Angleterre a terminé 2ème derrière le Pays de Galles et retrouve l’Islande pour une place en quarts. A Nice, les Trois Lions tenteront d’enfin lancer leur Euro pendant que les Scandinaves s’attacheront à poursuivre leur rêve.

LE FAVORI : L’Angleterre

En début d’Euro, il ne faisait aucun doute que les partenaires de Dele Alli allaient survoler leur groupe. Slovaquie, Pays de Galles, Russie : comment pouvait-il en être autrement ? Sauf que devant les éliminatoires et la préparation réussis des Trois Lions, on avait brièvement oublié que dans les compétitions internationales, les Anglais n’y sont pas. Visiblement, le fiasco du dernier Mondial n’est pas encore digéré et il est plus difficile que prévu d’endosser le costume de favori. Favoris justement, plus que jamais, les Anglais le seront encore ce soir.

Le parcours anglais

Tout aurait été tellement plus simple si la Russie n’était pas venue égaliser dans les dernières secondes du match initial (1-1). Avec une victoire dès son entrée en lice, l’Angleterre – plus en confiance - n’aurait sûrement pas été si poussive lors de sa victoire à l’arrachée contre le Pays de Galles (2-1). Au final, son ultime match nul et insipide contre la Slovaquie (0-0) n’aura fait qu’attiser les doutes de Roy Hodgson à l’égard de son groupe.

LE CHALLENGER : L’Islande

Après ses trois premiers matchs dans une compétition internationale, la petite Islande réussit l’exploit de n’avoir toujours pas perdu. Mieux, avec deux nuls et un succès, elle s’est hissée de son groupe à une deuxième place inespérée en deuxième tournoi. Avec son incroyable public plein d’énergie, le groupe scandinave a d’ores et déjà réussi son Euro. S’y qualifier était un songe, y atteindre les huitièmes de finale représente plus qu’un rêve dans lequel Gylfi Sigurdsson et ses partenaires ne demandent qu’à mordre.

Le parcours islandais

Pour leur dépucelage dans cet Euro, les Vikings ont eu droit à un menu corsé avec le Portugal au programme. Bien que menés au score, les Islandais ne se sont jamais désunis et ont su arracher un match nul (1-1) aux allures de sensation. Ce n’était que le début. Un autre match nul sur le même score face à la Hongrie est venu consacrer son entrée en matière avant que le feu d’artifice n’intervienne au Stade de France. Dans un match tendu, l’Islande s’est imposée sur le score de 2-1 face à une Autriche jetée dehors à la surprise générale.

LE JOUEUR ANGLAIS À SUIVRE : Jamie Vardy

Roy Hodgson peut avoir des mots de tête. Alors qu’il a attaqué ce Championnat d’Europe des nations avec la conviction qu’il devait notamment associer Harry Kane et Raheem Sterling devant, les deux joueurs sont passés complètement au travers. Au contraire de leurs remplaçants, Daniel Sturridge et surtout Jamie Vardy. L’un et l’autre ont su renverser le Pays de Galles (2-1) en scorant. De fait, c’est l’attaquant de Leicester qui devrait tenir sa place en pointe et de sa performance dépend beaucoup. Après une saison pleine, le joueur va prier très fort pour ne pas avoir perdu sa réussite afin d’envoyer les siens dans les bras français en quarts de finale.

LE JOUEUR ISLANDAIS À SUIVRE : Kolbeinn Sightorsson

La Ligue 1 est parmi les principaux championnats européens la seule qui n’ait pas réussi à voir un de ses ressortissants faire trembler les filets. Et justement, l’une de ses meilleures chances est entre les pieds de l’attaquant nantais Kolbeinn Sightorsson. Muet jusqu’à présent, le Canari devrait tenir sa place contre les Anglais et les Islandais pourront difficilement se qualifier s’il ne se montre pas à son avantage.

LA STAT – 10

Voilà dix longues années que les Anglais n’ont plus remporté un match à élimination directe dans une compétition internationale. La dernière fois que c’est arrivé, c’était lors du Mondial 2006 contre l’Equateur au stade des huitièmes de finale (1-0) et le buteur s’appelait alors David Beckham. Depuis, les Anglais ont manqué l’Euro 2008, se sont faits sortir de la Coupe du monde 2010 par une fessée allemande (4-1), ont été boutés hors  de l’Euro 2012 par l’Italie aux tirs au but après un excellent 0-0 avant de craquer dès les phases de poules au Mondial brésilien. Oui, le peuple britannique s’impatiente.

L’HISTORIQUE DES CONFRONTATIONS

Les confrontations entre l’Angleterre et l’Islande ne sont pas légion dans l’histoire du football. Les deux nations ne se sont ainsi affrontées qu’à deux reprises. En 1982, lors d’un amical, elles avaient fait 1-1. Plus récemment – il y a 12 ans quand même – les Anglais avaient giflé l’Islande sur le score de 6-1. Espérons un autre dénouement pour les Scandinaves ce soir.

Bilan : 1 victoire de l’Angleterre, 1 match nul, 0 victoire de l’Islande

LES MEILLEURS TWEETS

Gare au Brexit !

La magie va encore opérer

LES COMPOS PROBABLES

Angleterre : Hart – Walker, Cahill, Smalling, Rose – Rooney, Dier, Alli – Sturridge, Vardy, Lallana

Islande : Halldorsson – Saevarsson, Arnason, Sigurdsson, Skulason – Gudmundsson, Gunnarsson, Sigurdsson, Bjarnason – Sightorsson, Bödvarsson

 

 

Ça peut vous intéresser